Familles Ygou, du Resnel et de Rouen

Familles Ygou, du Resnel et de Rouen, seigneurs patrons de Saint-Pierre-du-Bosguérard

Le titre de seigneur patron était très apprécié par la noblesse, car donnait de nombreux privilèges hautement spirituels : droit de sépulture à l’intérieur de l’église, droit de nommer un desservant ou de le présenter à l’évêque diocésain, droit de litre et de ceinture funèbre tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’église.
Les d’Harcourt ont certainement été impliqués dans la construction, puis dans les transformations de l’église de la paroisse de Saint-Pierre-du-Bosguérard : en effet du XIII ème siècles au XV ème siècles les d’Harcourt, tous barons d’Elbeuf, “régnèrent” sur les territoires du Bosc-Gérard. Ils s’impliquèrent souvent dans la vie de la paroisse et la dernière née, de la 1 ere maison d’Harcourt, Marie pourrait être à l’origine de la construction du calvaire.

Blason d'Harcourt Armes : "de gueules aux deux fasces d'or".

Blason d’Harcourt
Armes : “de gueules aux deux fasces d’or”.

L’implication dans la construction de l’église d’une paroisse permettait d’acquérir le titre, très envié, de seigneur patron : les d’Harcourt furent probablement les premiers seigneurs patrons de Saint-Pierre-du-Bosguérard.

Au XVI ème siècle, la baronnie d’Elbeuf revint à la maison de Lorraine et le titre seigneur patron de Saint-Pierre-du-Bosguérard échut aux seigneurs de Conches dit Douville, ce fief de quart de haubert relevait du roi pour son comté d’Évreux.

En 1607, Jean Ygou, riche bourgeois de Rouen achète le fief de Conches dit Douville, ce fief était en majeur partie située sur la paroisse de Thuit-Signol, mais possédait un petit territoire à Saint-Pierre-du-Bosguérard comprenant l’église, le cimetière, un petit jardin près du manoir presbytéral et donnait au tenant du fief le titre de seigneur patron.

Blason Ygou. Armes : "d'azur au chevron d'or accompagné de deux étoiles d'or en chef et d'une croisette d'or en pointe".

Blason Ygou.
Armes : “d’azur au chevron d’or accompagné de deux étoiles d’or en chef et d’une croisette d’or en pointe”.

Jean Ygou est né vers 1575, il fut nommé en 1601 conseiller maitre de la chambre des comptes.

Le 15 novembre 1603, il se maria à Rouen avec Anne Le Blanc.

Décédée en 1638, sans enfant, ses biens furent dévolus à son frère François.

François, né vers 1586, fut pourvu de la charge de conseiller du roi et secrétaire général de France à Rouen et, au décès de son frère en 1638, devint seigneur patron de Saint-Pierre-du-Bosguérard.

Aucune source ne cite le nom de son épouse ni la date de son mariage, il aurait eu, selon l’arbre généalogique réalisé par l’abbé Guéry, deux fils : Jean (II) et François (II).

C’est son fils François (II), née vers 1608, qui héritera du titre de seigneur patron de Saint-Pierre-du-Bosguérard. Il fut trésorier de France.

Vers 1628, il épouse Catherine de la Vache de la Saussaye. Ils eurent deux fils Jean (III) et Pierre et une fille Catherine.

Le 29 mars1653, leur fille Catherine épouse à Rouen François Alphonse de Palme-Carrille. Chevalier et conseiller au parlement de Normandie.

Blasons Palme Carrille et Ygou

Blasons Palme Carrille et Ygou

 

Blason Palme Carille Armes : « de gueule à une tour d’or sommée d’un donjon adextré d’or massonné de sable, surmontée d’un aigle essorant de sable éclairé et béqué d’or portant en l’une de ses serres une couronne royale d’or ».

Blason Palme Carille
Armes : « de gueule à une tour d’or sommée d’un donjon adextré d’or massonné de sable, surmontée d’un aigle essorant de sable éclairé et béqué d’or portant en l’une de ses serres une couronne royale d’or ».

 

Le 27 novembre 1674, François (II) décède et est inhumé près de son père en l’église de Saint-Pierre-du-Bosguérard.

Son fils Jean (III), prêtre et prieur de Sainte-Clotilde d’Andelys ne put reprendre l’héritage paternel, c’est son second fils Pierre qui héritera.

Née en 1634 ou 1640, Pierre Ygou épousera Anne Druel.

         Blason Druel Armes : «  d’azur au chevron d’argent accompagné de deux molettes d’éperon d’or en chef et d’une coquille d’or en pointe ».

Blason Druel
Armes : « d’azur au chevron d’argent accompagné de deux molettes d’éperon d’or en chef et d’une coquille d’or en pointe ».

De ce mariage naitront deux filles, Anne Françoise Angélique et Françoise.

N’ayant pas d’héritier male, lorsqu’il tomba gravement malade en 1709, Pierre remettra tous ses biens et titres à Nicolas François du Resnel, époux de sa fille Anne Francoise Angélique.

Blason du Resnel Armes : "d'azur à deux palmes adossées d'or, séparées d'une molette d'éperon d'or en chef et d'un croissant d'argent en pointe".

Blason du Resnel
Armes : “d’azur à deux palmes adossées d’or, séparées d’une molette d’éperon d’or en chef et d’un croissant d’argent en pointe”.

 

Nicolas François du Resnel avait épousée Anne Francoise Angélique le 12 avril 1701 en la paroisse de Saint-Laurent à Rouen.

Nicolas François du Resnel était écuyer, seigneur de Bosc-le-Comte, conseiller du roi en son parlement de Normandie, il était âgé de 30 ans à son mariage.

Au décès de son beau-père, en 1712, il deviendra seigneur patron de Saint-Pierre-du-Bosguérard.

C’est à cette époque que Nicolas François du Resnel fit peindre à l’intérieure de l’église les blasons des familles Ygou et du Resnel.

Église,  litre blasons du Resnel et Ygou

Église, litre blasons du Resnel et Ygou

Nicolas François du Resnel, né le 9 novembre 1670 à Saint-Remy-de-Dieppe, était le fils de Nicolas du Resnel et de Marie ou Madeleine Dalbon.

En 1696, il est avocat au grand-conseil de parlement de Rouen.
De son mariage en 1701, avec Anne Francoise Angélique Ygou, il eut six enfants, tous nés à Rouen en la paroisse Saint-Pierre-Honoré.

Décédé le 15 janvier 1753, de ses six enfants seul son dernier fils, Nicolas François (II) héritera de sa fortune et de ses titres.

Né le 24 avril 1715, à Rouen paroisse Saint-Pierre-Honoré, Nicolas François (II) fut bachelier en théologie le 14 mars 1741, puis chapelain de la chapelle de la Trinité au Thuit-Hebert et du Saint-Sépulcre à Saint-Jacques de Dieppe puis deviendra chanoine de l’église cathédrale de Saint-Malo par la résignation de Louis Clinet de Chataigneraie.

Le 29 juillet 1754, Nicolas François (II) du Resnel de Bosc-le-Comte, devient avocat clerc au parlement de Rouen.

Fin 1762, Nicolas François (II) du Resnel héritera de tous les biens de sa famille ; ses parents et tous ses frères ainés étant décédés sans postérité, il est l’unique héritier.

Il devint très riche et porta les titres suivants : chanoine de l’église cathédrale de Saint-Malo, seigneur de Bosc-le-Comte (ou Bolcomte), seigneur patron de Saint-Pierre-du-Boscguérard, seigneur patron honoraire de la paroisse de Bosnormand, seigneur des terres et seigneuries : de Conches qui fut Douville, d’Harcourt qui fut Bellou, de Beaumont ou Vavassorie d’Auge, de Giard ou Guiard et de Conches qui fut Cardin-le-Pourrry, seigneur patron alternatif de Saint-Ouen, du Thuit-Simer et autres lieux.
Il était conseiller à la grande chambre du parlement de Normandie.

En 1768, Nicolas François (II) du Resnel a fait dresser un terrier des seigneuries lui appartenant ; sur le plan réalisé en 1784, où figurent ses armoiries, sont dessinées des églises et chapelles, notamment l’église de Saint-Pierre-du-Boscguérard.

Plan réalisé par Nicolas François du Resnel en 1784. AD27, cote 2PL art 174.

Plan réalisé par Nicolas François du Resnel en 1784.
AD27, cote 2PL art 174.

Il s’impliqua beaucoup dans la gestion et les travaux de l’église de Saint-Pierre-du-Bosguérard.

Église, l'autel de forme tombeau .

Église, l’autel de forme tombeau .

Église, choeur, gloire.

Église, choeur, gloire.

Église, choeur, assomption

Église, choeur, assomption

Le 4 juillet 1784, décède Nicolas François (II) du Resnel, il fut enterré dans le chœur de l’église de Saint-Pierre-du-Boscguérard après avoir obtenu la permission de monseigneur de Belbeuf, procureur général au parlement de Normandie.

Son immense fortune revint à sa petite-nièce Marie Françoise Victoire Hélène de Rouen, épouse de Laurent Denis de la Bunaudière de Bourville.

           Blason de Rouen. Armes : "d'azur au chevron d'or, accompagné en pointe d'une roue du même; au chef engrêlé d'argent, chargé de trois molettes d'éperon de gueules".

Blason de Rouen.
Armes : “d’azur au chevron d’or, accompagné en pointe d’une roue du même; au chef engrêlé d’argent, chargé de trois molettes d’éperon de gueules”.

Blason de La Bunaudière Armes : « d’azur à la bande d’or chargée de trois testes de lion arrachées de gueules ».

Blason de La Bunaudière
Armes : « d’azur à la bande d’or chargée de trois testes de lion arrachées de gueules ».

Le titre de seigneur patron de Saint-Pierre-du-Boscguérard revint au père de cette dernière, François Félix de Rouen.

François Félix de Rouen est née le 16 juillet 1728, le 6 juin 1757 il épouse Marie Victoire Pain de Malesmains et eurent une fille Marie Françoise Victoire Hélène de Rouen, née le 5 mai 1758, petite-nièce et héritière de la fortune de Nicolas François (II) du Resnel.

La Révolution arrivant, François Félix de Rouen sera le dernier seigneur patron de Saint-Pierre-du-Boscguérard.

Leave a Reply